02/07/2017

D'un tome à l'autre, tout peut s'écrouler ... (pensée profonde d'un dimanche pluvieux)

Arff ...
Un grand problème se profile à l'horizon les amis. Pokémon Soleil et Lune sont sortis. Du coup, je vais y jouer parce que je suis une Pokéfan depuis 16 ans, et que si je ne joue pas à cette nouvelle génération, je ne pourrais plus me respecter. L'ennui, c'est qu'avec ça, je vais moins lire, du coup je serais encore moins assidue pour les chroniques.
Ouaip.

Oh merde, je viens de réaliser un truc.
J'ai le corps d'un dieu !!
...
Celui de Bouddha.

Editeur : Milady
Parution : 2013
Pages : 639

Résumé :
Lorsque Le jeune Alec de Kerry est emprisonné pour un crime qu'il n'a pas commis, il croit sa vie ruinée. C'est sans compter sur son étrange compagnon de cellule. Espion, voleur et noble à la fois, Seregil de Rhiminee est bien plus qu'il ne paraît. Lorsqu'il propose à Alec de devenir son apprenti, leurs vies changent à jamais. Alec découvre alors des routes inconnues qui mènent vers une guerre dont le tumulte ne l'avait jamais effleuré. Seregil et lui vont devoir s'infiltrer en territoire ennemi afin de découvrir quels complots s'y trament pour sauver la Couronne... ainsi que leurs propres vies. Mais la fortune est aussi imprévisible que le nouveau mentor d'Alec...


Il ne s'agit pas là de ma première expérience avec cette auteure : j'ai terminé, il y a plus de 6 mois, la série "Le royaume de Tobin", qui m'a littéralement soufflé ! C'est donc très motivée et en complète adoration que je me suis lancée dans "Nightrunner".
Mais ...
C'est pas pareil.
Là où Tobin m'a stupéfié par son originalité et sa richesse, "Les Maîtres de l'Ombre" m'a non pas déçue mais ... désappointé. Car c'est d'un classique un peu ... troublant (en tout cas, de la part de l'auteure, ça m'a étonnée) Et pourtant, j'ai choisi de chroniquer cette série-là.
Y'a rien à comprendre, cherchez pas (en fait si, j'ai le même problème que "Silo" et "Les fiancés de l'hiver" ; "Le royaume de Tobin" est tellement wahou que j'ai peur de ne pas lui rendre suffisamment hommage en le chroniquant, du coup je ne le fais pas. Ha, ha, ha).

En commençant ma lecture de ce premier tome, j'étais énervée. Parce que c'est d'un banal à pleurer.

Un homme mystérieux (Seregil, dans le cas présent) manifestement très au fait des conflits politiques du pays et très débrouillard dans son genre, sauve, pour une raison qu'il ignore lui-même, un garçon qui croise sa route, et dont l'enfance est très floue : Alec. Il lui propose ensuite, là aussi pour une raison qu'il ne comprend pas, de devenir son apprenti bien qu'il ait toujours refusé d'en avoir. Premier 'cliché' de la fantasy. Bon celui-là ça va, ça passe, ça ne me dérange pas (c'est pas comme le triangle amoureux qui, lui, me fait sortir de mes gonds!)

L'ennui c'est que la première partie de ce livre est terriblement lente et plate. Bon, c'était pareil avec le tome 1 de Tobin puisqu'on suit l'enfance du personnage principal de la série, qui n'est, à ce moment-là, qu'un petit garçon de 7-8 ans, donc je m'y étais plus ou moins habituée avec cette auteure et ça ne m'a pas dérangé. L'ennui c'est que, assez vite, vient un second 'cliché' (merde, je déteste utiliser ce mot, je le trouve super péjoratif ... et si j'utilisais plutôt : lieux communs littéraire ? (merci LemonJune)) et je vous le donne en mille !!!! Une prophétie tombe comme ça dans le texte, boum, comme un cheveux sur la soupe. Bordel.

Bon, rassurez-vous, j'aime bien les prophéties, l'ennui c'est qu'elles ne sont pas toujours - très souvent même - bien utilisées. Sauf dans "Fils-des-brumes" que j'ai chroniqué dernièrement (ici ==> cul), mais je ne vais pas y revenir. J'ai l'impression d'aller dans tous les sens avec cette chronique ...

En seconde partie dans ce livre, c'est là que les choses s'enchaînent très vite : d'innombrables personnages viennent s'ajouter à Seregil et Alec, de très nombreuses coutumes également lorsqu'ils arrivent enfin à gagner la ville de Rhiminie, et voilà que des groupes politiques se dévoilent, plus ou moins liés à une vieille histoire de mariage qui remonte à plusieurs générations, sans compter que les 2 personnages principaux se voient confier des missions d'infiltration et d'espionnage à n'en plus finir ... bref, ça s'enchainait trop vite et j'étais perdue (je n'arrivais pas bien à reconnaître un personnage d'un autre, par exemple)

Le point positif (parce qu'il faut bien qu'il y en ait un!) c'est que Seregil et Alec sont diablement bien développés et utilisés par l'auteure ! Des personnages si profonds, qui se développent si bien et qui promettent tant de chose, c'est un vrai délice ! Je me suis très vite attachée à ces deux idiots, entre Seregil, libertin, charmeur et secret, et Alec, un peu naïf, franc et prude, je trouve qu'il forme un bon duo, à la fois comique et familier.

Malheureusement, ce n'était pas assez pour me motiver à continuer la série (qui compte 4 tomes en France et est toujours en cours de publication), et j'ai donc refermé ce tome en étant persuadée que je ne continuerai pas.

L'ennui, c'est que parfois, on n'a pas le choix.

Des jours après avoir rendu ce livre à une amie à qui je l'avais emprunté, j'étais envahie de souvenirs et de questions. Seregil et Alec ne voulaient pas me quitter. Je me demandais toujours : et après ? Qu'est-ce qui va leur arriver ? Et maintenant ?! Et alors ?!! Du coup, j'ai rappelé ma pote et je me suis radinée chez elle pour lui piquer le tome 2.

Bawais, des fois, on ne fait pas ce qu'on veut. Ce sont les personnages qui décident.

D'autres avis sur
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=27663

Update du 26 novembre 2016

Du coup, je viens de finir le tome 2, et permettez-moi de vous dire pour commencer, que j'ai nettement plus aimé que le 1.



Edition : Milady
Parution : 2013
Pages : 648

Résumé :
Seregil, véritable maître du subterfuge, a appris toutes les ficelles de son métier d'espion à son protégé, le jeune Alec. Ensemble, ils ont déjà accompli de périlleuses missions et risqués leur vie plus d'une fois.
Mais le lourd secret que porte le magicien Nysander, et dont il ne confie que des bribes à Seregil, pourrait bien faire peser sur les deux compagnons une menace fatale ... Car que peut-on face à la sorcellerie et au mal absolu ?



Le début ressemble pourtant fortement à ce qu'il se passait au début du 1er tome : une scène qui fait peur, une autre plutôt drôle, et puis une mission mystérieuse. Mais j'étais tellement heureuse de retrouver Seregil et Alec et que j'en avais rien à carrer !

Mais j'ai quand même pas très bien compris au début où voulait en venir l'auteure. Le tome précédent terminait sur un joli petit mystère, sans compter l'arrivée de cette prophétie, pourtant la première moitié de "Les Traqueurs de la Nuit" ne l'évoque pratiquement pas, et les missions, sans liens entre elles, s'enchaînent pour nos 2 héros. Je ne pouvais pas m'empêcher d'être un peu déçue, mais j'ai tout de même continuer ma lecture (après tout, ce n'est pas comme si je ne m'attendais pas à cette légère déception, j'en avais bien conscience au contraire). J'ai donc décidé de jouer le jeu.

L'évolution des personnages de Seregil et Alec se poursuit, et je les ai encore plus aimé !! C'est incroyable comme ils sont intenses ces deux-là. Et, heureusement, le mystère est revenu très vite, d'un coup, comme un gros coup de vent dans la tronche. L'intrigue est repartie à fond de train, et j'ai avalé les pages avec bonheur.

Ce que j'ai apprécié, c'est que l'auteure n'a pas rajouté de personnages, elle se contente d'approfondir ceux du premier tome, ce qui m'a permis de m'accoutumer à eux alors qu'ils m'avaient trop submergé dans "Les Maîtres de l'ombre" et j'ai trouvé ça sympa, et intelligent.

Le seul petit truc que je lui reproche, c'est le manque de détails un peu ... "adultes", je dirai. Oui, je parle de sexe, mais pas seulement. A croire que l'auteure a peur de choquer son lectorat et refuse de donner trop de descriptions durant certaines scènes de maltraitance ou de galipettes rémunérées. Et c'est un peu frustrant. Non pas que j'aime quand c'est gore ou cru, mais quitte à mettre des scènes osées, autant les rendre parlantes non ? Alors que là, ça n'était malheureusement pas le cas. 'Fin, je me comprends, et c'est le principal, zut.
Sachez seulement que c'est l'une des raisons pour lesquelles je n'en fais pas un coup de cœur.

Mais alors le must, ce qui m'a le plus envoûtée, ce sont les clins d'œil discrets, minimes, et que seuls ceux qui ont lu récemment et adoré "Le royaume de Tobin", pourront sans doute voir et apprécier. Les intrigues de Nightrunner se déroulent des centaines d'années après les aventures de Tobin et ses compagnons, mais pourtant ... j'en dis pas plus, sinon je risque de me faire des ennemis.

Une dernière petite chose cependant : la fin est, encore une fois, classique, mais très bonne ! Comme quoi, même avec du traditionnel, on peut faire du sensationnel, et l'auteure le prouve très bien ! Je suis très intriguée de voir ce qu'il se passera dans le tome 3 en sachant ce que je sais (l'ennui c'est que je ne revois pas ma pote d'ici un bout de temps, va falloir que je me débrouille autrement ... ).

Voilà. Une série dont je suis accro, maintenant c'est certain.


D'autres avis sur
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=28440

Update du 2 juillet 2017

Ouais, je reconnais que j'ai pris mon temps pour lire le tome 3, ouais ... accrochez-vous à vos bottes les pottos, parce qu'y'a du mécontentement dans l'air !


Editeur : Milady
Parution : 2014
Pages : 759

Résumé :
Alec et Seregil ont décidé de quitter leur terre d’adoption, Skala, désormais hantée par trop de souvenirs douloureux.
Cependant la guerre continue de faire rage, et la reine Idrilain, qui a besoin d’eux, met un terme à leur retraite. Leur nouvelle mission : prendre part à une délégation diplomatique en Aurënen, le pays d’origine de Seregil.
Dans ce royaume légendaire, où se mêlent magie et honneur, il devra affronter les démons de son passé, pendant qu’Alec se découvrira des origines insoupçonnées …





Me suis fait chier, mais d'une force intersidérale !!! Sans déconner, il s'est passé quoi ?!
J'ai pas compris.

Revenons un peu en arrière si vous le voulez bien : à la fin du tome 2, Alec et Seregil se retrouvaient après que le plus jeune ait été capturé par le grand méchant, puis venaient à bout des vilains grâce à l'appuis de leurs amis. Mais de terribles pertes ont bien failli les séparer, et ils ont tout de même décidés de se donner une chance en tant que couple. Oui oui. Nous avions donc un Alec particulièrement jeune encore un peu indécis et très gêné par la tournure que pouvaient prendre les choses, et un Seregil bien décidé à attendre qu'il soit prêt, sans le brusquer.

Commence ensuite le tome 3.

Des mois ont passé. Alec et Seregil sont désormais un couple, avec tout ce que ça implique. Donc oui, dès qu'ils le peuvent ils se sautent dessus. Déjà, mauvais point : et la complexité d'un amour naissant alors ? Et les balbutiements des débuts d'une vie à deux, et de la vie sexuelle aussi ?

Allo !!! M'dame Flewelling, t'aurais pas choisi la solution de facilité là par hasard ?! C'est sûr que là pour le coup vous n'avez pas beaucoup été embêtée ...

Je sais que ça peut paraître idiot de faire un caca nerveux pour ça, mais j'étais vraiment totalement perdue ! J'avais l'impression de me retrouver avec deux personnages que je ne connaissais pas tant ils sont tous les deux différents - surtout Alec, qu'on ne voit pas du tout passer de l'adolescence à l'âge adulte en réalité ! - et j'ai mis énormément de temps à accrocher (en vrai, je ne suis pas certaine d'avoir accroché une seule fois ...)

S'il n'y avait que ça, j'aurai sans doute pu m'adapter, mais l'intrigue elle-même ne m'a pas du tout aidée. Alec, Seregil et tout une troupe de soldats et de gens importants sont envoyés en Aurenen, terre natale de Seregil, pour une mission diplomatique. Du coup, on a une bonne vingtaine de nouveaux personnages qui nous tombent sur la gueule, comme ça, d'un coup, avec des noms très complexes (en gros les Aurenfays c'est un peu l'équivalent des elfes pour vous expliquer simplement) qui tous appartiennent à des clan différents qui sont soit alliés soit ennemis ; le tout agrémenté de mots super difficiles en langue aurenfay qui ne sont expliqués qu'une seule fois et utilisés ensuite à tout va, ce qui fait que je les mélangeais tous, les personnages comme les mots.

Très très difficile, j'ai vraiment dû me faire violence pour le lire ce livre ! Parce que non seulement on change comme ça brutalement de décors, alors que les 2 précédents tomes nous avaient accoutumé à Skala et aux mêmes personnages, mais en plus il ne se passe rien, rien strictement rien jusqu'aux ... 50 dernières pages je vais dire (et encore, j'suis sympa !). Le tout n'est que discussions qui n'en finissent pas et situations qui se répètent jusqu'à ce que oh miracle ! arrive une petite énigme qui mène à une mini enquête policière qui m'a un peu fait pitié et qui ne m'a pas intriguée du tout parce que j'ai vite tout compris.

Vous la sentez la grosse déception là ?

Putain de bordel à queue ! Déçue, déçue, très déçue !

Je n'ai reconnu ni Alec, ni Seregil, ni la magie simple des 2 premiers tomes, tout était extrêmement confus et puis la conclusion arrive comme ça, par terre, l'auteure la dépose à nos pieds comme un chien fout sa crotte.

En plus pour ne rien arranger, la couv est vraiment pas belle, nos deux héros ont vraiment une sale tête là-dessus. Déjà les tomes 1 et 2 c'était un peu limite pour moi, mais alors là pardon mais non merci !

D'autres avis sur
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=47904



Du coup, j'hésite vachement à lire le tome 4 ... mais bon, comme je l'ai déjà acheté, ce serait con de ne pas l'ouvrir. Je vais devoir me forcer, je le sens, et quand ça commence comme ça c'est pas bon du tout !

S'il y en a une qui parle magnifiquement bien de cette série, c'est Tachan, une bloggeuse au talent fou que j'adore ! Sa chronique ici ==> fesse (et profites-en pour te balader sur son blog, c'est un foisonnement de trucs trop bien !)


Conseil de vie : quand tout va mal, va faire dodo.

A que salut !!

Tiens, si t'as rien d'autre à foutre un samedi soir :
Un nouveau TAG ! Et si je vous parlais de mes premières fois ?
News écriture : je viens de commencer la publication d'une nouvelle fic.
Dans la tête d'un chat philosophe.

18 commentaires:

  1. Très jolie chronique ^^ Je partage ton avis sur la lenteur et le classicisme de la série, ainsi que le bonheur de retrouver le duo Alec-Seregil à chaque tome. C'est clairement eux qui font tout le sel de la série. Et merci pour le lien et ces gentils mots à la fin de ta chronique, j'en rougirais presque *^-^*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :D Oui, ce sont vraiment ces deux-là qui portent la série sur leurs épaules, et créer des personnages comme ça, les développer autant sans que ça devienne lassant et répétitif, franchement je dis chapeau à l'auteure :D
      De rien, ça venait du cœur :3
      Des bisous à toi !

      Supprimer
  2. Je jetterai un œil.
    (J'évite de jeter les deux, parce que le temps que ça repousse, généralement...)
    Ah, au fait, j'ai réussi à mettre la griffe sur Mausolée, je vais le chercher demain matin.
    Groumph.*1
    (*1: Ce qui en soit est synthétique, j'veux dire, et parfaitement compréhensible.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, le temps de repousse des globes oculaires est diablement long, c'est d'un chiant !
      Troooooop chouette ! Je suis sûre que Mausolée te plaira :D Peut-être plus que Point Zéro ;)
      Tchuss !

      Supprimer
    2. *Choppe la bipède par la peau du cou, à la façon d'une maman lionne, sans réfléchir* Gro.
      Je suis en train de finir mausolée.
      Je lis plus lentement, je sors d'une opération chirurgicale, et avant, je me suis tapé une "Histoire militaire des guerres puniques" sur mon lit d'hosto. Je suis partagé entre le respect et la hargne, concernant Tracqui.
      Ce gars brode sur la plupart de mes propres thèmes, et c'est l'exemple à suivre, et à surpasser: je pensais mon tome 1 prêt, parvenu à maturité. Je suis en plein doute, vois-tu. :)

      Supprimer
  3. Rectif: CERTAINS de mes propres thèmes, et la problématique finale diffère.
    Heureusement...
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh !! Tracqui te trouble grandement alors :D
      Le propre de l'auteur c'est de toujours se remettre en question pour toujours chercher à se surpasser. Ou surpasser un autre auteur :P
      Je suis curieuse de savoir de quoi parle exactement ton tome 1 ;)
      Et bon rétablissement au fait :D
      Des bisous !

      Supprimer
  4. Merci pour les vœux, je suis dessus, si j'ose dire... :P
    Je vais survoler les points communs. I.A., cybernétique, appareils high-tech à la pointe de la technologie, contexte de l'I.A devenant autonome tant d'un point de vue philosophique que pratique, armures de combat, références constante à l'histoire humaine.

    Pour les armures...
    Les miennes sont plus lourdes que les siennes, à performances grosso modo équivalentes, je dirais, mais avec une meilleure capacité de survie, interface embarquée et une légère supériorité niveau spectre visuel/armement embarqué, tout en se reposant moins sur l'I.A.
    (Vision à 360°, tu peux pas les prendre par derrière, c'est techniquement impossible, et j'avais intégré la vision UV dérivée des oiseaux peu avant la rédaction du chapitre final, le 20ème. Mais les version mk2 à 4 seront encore plus impressionnantes... :p)
    La masse... De 140 kg à vide pour la version APC à 65 kg pour la RECO.
    Et elles ne sont que quatre.
    Autre particularité: mes armures se PILOTENT, (contrairement à l'utilisation de l'I.A qui n'est pas encore au point sur certaines situations) et là où elles sont déployées sans vergogne par Tracqui, l'un de mes propres personnages ne se résout à les utiliser que lorsque sa compagne lui mets littéralement le couteau sous la gorge, ayant épuisé les autres possibilités et RH... Et le projet ruine partiellement l'organisation, d'ailleurs. ^^ ;)
    Idem: leur élaboration prend une bonne partie du roman, et est dérivée de plusieurs programmes distincts... Certains sont bien réels, mais chut. ;)
    (J'ai bossé sur la notion de générativité quand j'étais étudiant. Pour simplifier: c'est à mi-chemin entre l'I.A. et la programmation classique.
    En gros: pour une sémantique donnée et cohérente, résultat imprédictible mais AUCUNEMENT aléatoire. Tout est déterministe. Certains des projets du roman sont purement et simplement dérivés des conséquences logiques de ça.)

    Pour résumer: là où Tracqui en fait une normalité, j'en fais un point d'orgue. :)

    L'on plonge dans l'histoire tous les deux.
    Mon spectre temporel est beaucoup plus large que le sien, cela posé. :)

    Rien d'étonnant. La finalité diffère, et la "magie" également.
    Là où la sienne est technologique, la mienne... est plus "merveilleuse".

    Nos deus ex machina ne sont pas les mêmes, même si presque complémentaire, in fine, et une chose est sûre: nous avons l'un comme l'autre le vice du réalisme chevillé à chacun de nos mots, tout comme l'on est l'un et l'autre des apôtres de la recherche documentaire sans concession, je crois bien... :)

    Pour ce dont parle le tome 1...
    Disons que là où l'un de ses protagonistes était en Chine, l'un des miens se trouvait en pleine guerre punique... ;)
    Et qu'il est l'un des seuls à parler encore la langue punique, vingt-deux siècles plus tard. L'on ne peut pas être partout à la fois, même s'il connait fort bien la chine, parle un chinois parfait et est l'apatride par excellence... A raison.
    De fait, il est quelques langues qu'il ne connait pas ou n'a jamais pu apprendre, pour de nombreuses raisons. Mais elles sont rares.

    Pour le pourquoi, et ce qui arrivera, est arrivé, et le reste...
    Tu verras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wow O.O
      Wow wow wow !! Je veux !! Tu as titillé à fond ma curiosité toujours inassouvie de lectrice compulsive !!! J'ai trop envie de le lire maintenant *.*
      Faudra que tu me tiennes au courant !! :3
      Raaaaaaa !! en plus ça a l'air trop bien !!!! Vu comme j'ai adoré Tracqui, le tien je pourrais encore plus aimer, je suis sûre ! Je suis totalement bluffée, et rien qu'avec un résumé, alors j'imagine même pas avec le bouquin XD

      Supprimer
    2. ...
      *Gentiment* C'est très flatteur, je te remercie.
      Des nouvelles du projet? Simple: tout le monde me tanne pour publier.
      Cela dit, ce n'est pas le seul projet en cours.
      Aveu: je bosse en moyenne sur trois projets à la fois.
      entre L'Esclave, Le passé et le croiseur (le tome 2 du projet) et le dernier qu'un proche m'a presque convaincu de ressusciter, nom de code La Piste, j'ai de quoi m'occuper sainement.
      Les deux premiers sont des métavers.
      Le dernier, si je m'y remets, un roman.
      Mon proche m'a presque convaincu de le sortir du tombeau.
      Presque.
      Émotionnellement, ça va être chaud. Il était censé être à 4 mains.
      ...
      Pas besoin de te faire un dessin. De plus il se plonge dans la psyché féminine, et pour moi, c'est un défi à restituer fidèlement.
      Je suis un mec. :)



      Supprimer
    3. XD
      Je comprends, ça ne doit pas être simple de se mettre dans la tête des femmes :P
      Pour être franche moi aussi je bosse sur plusieurs projets moi aussi ;) c'est bon je crois pour la créativité de pouvoir voguer d'un projet à l'autre et de ne pas s'enfermer dans un seul :D

      Supprimer
    4. Tu viens de résumer l'une de mes technique de travail.
      Quand je sature sur un projet, j'enchaine (idéalement, dans un monde parfait) sur un autre.

      Supprimer
  5. Je déteste quand les auteurs font ça : commencer une série super avec de bons personnages, et faire n'importe quoi avec eux ou, comme tu dis, choisir la facilité ! Mais non !
    J'espère que le tome 4 relèvera la barre pour toi !
    Bonnes lectures ! Bisous :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est hyper décevant !! Je les aimais tellement en plus tous les deux, ils m'avaient tellement plu dans le tome 2, et là je ne les ai vraiment pas reconnu :( C'est un défis de faire un bon dans le temps et rendre des personnages adolescents adultes brutalement, et je suis sûre qu'en d'autres circonstances ça aurait pu me plaire, mais là je les aimais tellement tels qu'ils étaient que j'ai vraiment été déçus :(
      C'est dommage ! Je me déteste dans ces moment-là XD
      J'espère aussi :P Je vais laisser passer un peu de temps avant de le lire, je serai peut-être calmée ;)
      Des bisous à toi aussi !

      Supprimer
  6. Toi aussi tu en as assez des triangles amoureux ? x'D
    Bon, ben avec ta chronique je crois bien que je ne lirai pas cette saga...
    (en fait même si elle était géniale, je crois que je ne l'aurais pas lu parce que le personnage principal s'appelle Alec et que je n'apprécie pas du tout se prénom, donc se trimbaler un prénom qu'on déteste tout le long d'une saga non merci :') ) Bref...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je déteste les triangles amoureux uniquement dans ce schéma : une fille 2 garçons ><# C'est d'un chiant ça bordel ! Et pourquoi pas 2 filles un garçon ? 3 filles ? 3 garçons ? Certainement que ce genre d'histoire existe, mais c'est difficile d'en trouver !
      Ah, le prénom ! Je ressens exactement la même chose que toi, je suis incapable de m'attacher à un personnage qui porte un prénom que je n'aime pas ! Pour ça qu'il y a un grand classique de la littérature que je sais que je ne lirai jamais malgré qu'il puisse me plaire, parce que le titre n'est autre que mon vrai prénom, et je ne peux pas l'encadrer xD

      Supprimer
  7. *Renifle partout, désorienté, retrouvant d'anciens commentaires, puis prends enfin ses marques* *Grogne* Ancien article, décembre, c'est une MAJ. Bordel, c'est bon, visiblement l'auteure est pas la seule à jouer sur la facilité.
    *Renifle partout les commentaires, grogne, et s'enroule dans un coin.* MRouroumph.
    *Grognement hypergrognon*(En humain: ne pas réveiller avant dégel: merci.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhéhé
      Je trouve ça plus pratique pour m'y retrouver de faire un seul et même article pour une série, déjà ça prend moins de place (oui parce qu'au bout d'un moment, la place sur ce genre d'hébergeur est limité !) et puis je retrouve plus facilement ce que j'ai dit précédemment :D
      Du coup, je pense uniquement à mon confort, c'est vrai :) J'suis un peu égoïste que veux-tu XD
      Quant à la solution de facilité, au moins comme ça j'suis dans le ton :D
      Bisous !

      Supprimer